À propos de ce site

           

 

            La ville de Mérignac est en pleine évolution, la politique conduite par le Maire ANZIANI doit être innovante, ambitieuse et exemplaire. C"est parce que nous ne partageons pas un certain nombre de choix et d'orientation que nous continuerons à dénoncer les erreurs et leurs conséquences.  

           Une ville de 70 000 habitants doit avoir une vision et des ambitions qui soient en rapport avec son statut de ville pilote. Nous en sommes loin et nos craintes sont aujourd'hui nourries par des résultats décevants et une méthode de plus en plus contestable.

 

     


Mérignac : Bienvenue sur le site Mérignac+

+ Faire de la concertation une réalité.
+ Remettre le citoyen au coeur des décisions.


 



       C'est sans doute un des moments où il convient de se souvenir de ceux dont l'action  est à montrer en exemple tant dans son efficacité, son implication et sa remarquable constance.

       Même si aujourd'hui son nom est attaché au stade nautique , il fallait lui rendre l'hommage qu'il convenait.

       Jean BADET fut une de ce personnalité dont l’œuvre sur la ville de Mérignac est la plus impressionnante !

       La ville de Mérignac a été l'une des communes de la banlieue bordelaise qui a connu de l'immédiat après guerre aux années 80 la croissance démographique, économique, et sociale sans doute l'une des plus forte de l'agglomération. Vaste, pouvant accueillir le développement de l’aéroport de Bordeaux, les usines Dassault et un impressionnant parc de zones industrielles, Mérignac a fait longtemps pâlir de jalousie des voisines pour les ressources  fiscales dont elle jouissait. Cette situation privilégiée lui imposait quelques obligations fortes que R.BRETTES Maire de la Libération à 1974 a su gérer avec discernement faisant des services à la population l’axe prioritaire de son action municipale.

       Il put compter pour cela sur une personnalité riche en humanisme, pratique syndicale et rompue à l’art de la politique : Jean BADET.


       Postier, militant C.F.T.C ayant oeuvré pour la déconfessionnalisation de son syndicat pour aller vers le jeune C.F.D.T, militant « castor » (1), passé du Parti radical au PS d’après I971, Jean BADET fut le père des équipements sociaux éducatifs qui ont répondu aux besoins d’une population jeune, nombreuse et en attente de services municipaux efficients. Bâtisseur d’une ville préfigurant l’avènement des municipalités dynamiques et progressistes, il incarna une forme nouvelle de gestion unique en Gironde. En effet les communes de Gauche du pourtour bordelais acquises aux mêmes modèles ne pouvaient par manque de moyens financiers mettre en application autant de projets et de services. Le clivage historique rive gauche rive droite a, jusqu’à ces temps derniers ou une plus juste répartition des recettes fiscales en provenance des entreprises permet un rééquilibrage convenable, été marqué par cette regrettable distorsion de l’égalité républicaine.

       R. BRETTES confia à Jean BADET la création de vastes équipements sportifs capables d’accueillir et de favoriser l’essor des disciplines les plus diverses. Du plus jeune âge aux seniors, Mérignac sut ainsi créer les conditions d’une culture populaire sportive sans précédent. Ce qui reste aujourd’hui du S.A.M, où l’heure n’est plus totalement  aux projets collectifs et solidaires (l’époque le veut ainsi) témoigne d’un passé riche, dynamique sain dans sa conception et sa démarche qui a honoré notre ville

       Parallèlement à cette aventure, typique des aspirations participatives, civiques, morales sportives et culturelles des pionniers de la démocratie locale de l’époque, Jean BADET participa activement à l’effort éducatif. Mérignac, siège de l’Ecole Normale d’Instituteurs de la Gironde se couvrit d’écoles qui purent accueillir dans des conditions souvent exemplaires la très jeune population de la ville.

       Jean BADET ne fut pas seulement un élu municipal, très impliqué dans la vie de parti socialiste, il fut le premier représentant de la Ville à l’Etablissement public Régional qui préfigura le Conseil Régional d’Aquitaine issu de la décentralisation. A ce titre, il connut son heure de gloire comme Vice-président du tout nouvel exécutif auprès d’André LABARRERE.

       Disparu il y a quelques années Jean BADET mérite incontestablement cet hommage non seulement pour la part qu’il sut prendre dans la construction de notre ville mais pour le témoignage qu’il laisse de l’engagement d’un élu qui ne se voulait pas uniquement gestionnaire, administrateur, mais porteur d’une éthique politique, éducative et sportive qui mérite respect et reconnaissance. Il a eu cette élégance rare de laisser un ouvrage (2) retraçant son action municipale, préfacé et dirigé par Jean Dumas Professeur à  l’I. E. P de Bordeaux, Directeur de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

       Nombreux mérignacais du sport populaire n’ont pas oublié sa bonhomie, sa jovialité, sa générosité.

       Humaniste resté fidèle à ses engagements de jeunesse, à ses sources et origines Jean BADET aura marqué l’histoire de la naissance de notre ville moderne et pourrait encore rester un modèle pour les aspirants élus municipaux. Si les conditions d’exercice de la démocratie locale ont bien évolué, la référence à des principes, des valeurs et une claire conscience des responsabilités pour l’avenir reste la plus sure façon de poursuivre l’œuvre fondatrice  d’une gauche qui, en France tout particulièrement, a bâti essentiellement sa crédibilité sur son action municipale.

       Je ne pouvais conclure cet article sans y associer quelques grands noms aujourd'hui disparus ( que les familles de ceux que j'ai pu oublier m'en excusent)  dont la probité est également un exemple : Jacques BARTHELEMY, Daniel COLOMBIER, Camille VICQ, Jacqueline BAUTTE, Annie BARRIERE, Joseph CRUCHON


       (1) : Mouvement d'auto-construction coopérative né après la seconde guerre mondiale

       (2) : Une politique sportive dans une ville moyenne MERIGNAC (1968-1989) qui doit être consultable à la       médiathèque municipale.






Humeur

  • INQUIETANT.....

     

     

     

              Une piscine olympique à Mérignac, est-ce une priorité ??

     

     

              La réponse est : NON !!.....et à ce prix : Encore NON !!

     

     

              Même s’il est évident qu’il faut une nouvelle piscine….encore faut-il quelle soit compatible avec nos ressources.

     

     

              Par son coût et son impact sur les finances de la ville, comme d’ailleurs par le flou des explications données par le Maire ( il en fait un des axes majeurs de son mandat), il apparait que ce dossier n’est ni abouti, ni de nécessité absolue  ! On nous annonce 36 Millions d’€uros (en nous rappelant que c’est en base 2017). Un financement qui est porté par Bordeaux Métropole et la Ville de Mérignac .La répartition se situerait (selon les dernières déclarations du Maire…) à 55 % pour la Métropole et 45 % pour la ville

     

     

              Les craintes sont réelles de voir ce projet atteindre  les 40 à 50 Millions d’€uros en 2023 (Des avenants viennent assez fréquemment alourdir la note finale) ! Dont 20 à 22 Millions à la charge de la ville

     

     

              Les charges de fonctionnement (très importantes) seront  assumées par la ville de Mérignac….c’est une nouvelle inquiétude tant on sait qu’il s’agit là de coût très important.

     

     

             Mais plus encore…!

     

     

             Dans l’enveloppe financière (36 Millions) qui n’a pas été détaillée, ne figure pas :

     

                     -Démolition des terrains de Tennis actuels et la reconstruction à La Roseraie de 8 courts de Tennis, des vestiaires et du stationnement (qui est inexistant actuellement)

     

                      -Construction de 2 terrains de rugby en lieux et place des tennis et de l’ancienne piscine.

     

     

               Coût de ces investissements : 5 millions d’€uros, pour  un coût global en 2023 compris entre 25 et 30 Millions d’€uros !

     

     

               Est-ce bien raisonnable ??

     

     

               Des investissements importants et sans doute indispensables sont à envisager au cours du prochain mandat :

     

                       -Ecoles maternelles et primaires à Réhabiliter et agrandir

     

                       -Equipements sportifs à construire (le parc actuel est insuffisant), mettre aux normes les plus anciens.

     

                       -Construction de crèches.

     

                Et bien d’autres équipements, comme des parkings relais….

     

     

                Alors Monsieur Le Maire pourquoi ne pas y réfléchir davantage et sans doute y ajouter un peu de raison dans cette réflexion ? Une piscine olympique qui ne verra sans aucun doute jamais de jeux olympique est-elle judicieuse pour nos finances ?

     

     

     

     

     

Partagez cette page !

FacebookGoogle BookmarksLinkedinRSS Feed
Création : www.cyber-diego.com - © 2010 - 2019 - tous droits réservés -